Saul Steinberg dans Égoïste

p101wd

Saul Steinberg né en 1914 en Roumanie et décédé en 1999.
Il est sans doute l’artiste qui a  donné ses lettres de noblesse au dessin d’humour .
Dés le début des années 40 il publie ses premiers dessins dans le New Yorker, pour qui il signera une quantité de couvertures impressionnantes dont la couverture historique datée du 19 mars 1976.

new-york-center-of-the-universe-new-yorker-cover-steinberg1

Avant d’entrer dans le monde de l’Art avec un grand A et de quitter son statut de cartoonist, son trait épuré à l’extrême, démoda brutalement tout ce qui ce faisait jusqu’alors.
Son influence fut considérable pour toute une génération de dessinateurs, débutant dans les années 50.
De Siné à Sempé, de Searle à Ungerer, tous lui sont redevables d’avoir fait évoluer le regard et d’avoir imposé sa « ligne ».
Dès son premier livre  » All in Line » paru à New York en 1945 il s’impose et révolutionne le genre.

Il était temps de rendre hommage à ce maître grâce à une très rare interview, retrouvée dans le numéro 12  de la luxueuse revue Egoiste paru en 1992.

p100-0

p100-1

ligne
p100-2

p102-0

p102-1

p102-2

p103-0

p103-1

ligne

p103-2

p104-0

p104-1

ligne

p104-2

p105wd

Parmi une dizaine de classiques que tout amateur se dit de chercher notons:

« The art of living » (1949)   » The Inspector »  « The labyrinth » (publié en France par Robert Delpire en 1960 )

« The Passport » 1954 (publié par le Chêne)

« The new world » (1965)

Toutes ces informations sont visibles sur le site de sa fondation : http://www.saulsteinbergfoundation.org/

couverture1

1ère de couverture Steinberg (Piper-Bücherei, 1959)

couverture2

1ère de couverture de la première édition de The Passport (Harper&Brother, 1954)

courverture2-1

4ème de couverture de la première édition de The Passport (Harper&Brother, 1954)

img296

Couverture de la 1ère édition de The Inspector, publié en 1973 par Thames and Hudson (Londres)

img297

Catalogue d’une exposition itinérante en Allemagne en 1974

Remarquons qu’il fut très peu édité en France à l’exception de Gallimard avec « Dessins » en 1956 , « Le Masque » chez Maeght éditeur en 1966 (qui fut son galeriste attitré et le présenta régulièrement dans sa revue « Derrière le miroir ») et  « All except you » sur des textes de Roland Barthes paru chez Repères en 1983. Récemment un extraordinaire  leporello  « The Line » est paru aux éditions Nieves paru en 2011.

Une exposition importante lui fut consacré il y a 5 ans à la fondation cartier Bresson puis au musée de strasbourg fin 2009
dont le catalogue vaut le détour

Steinberg_Catalogue_L400

Saul Steinberg. L’écriture visuelle
Ce catalogue coûte 35 euros

Sous la direction de Thérèse WILLER.

Textes de Philippe DAGEN, Daniela ROMAN, Jean-Philippe THEYSKENS, Iain TOPLISS, Tomi UNGERER, Thérèse WILLER.

20 x 26 cm
192 pages
150 ill. couleur environ
ISBN : 978-2-35125-074-7

5 Réponses to “Saul Steinberg dans Égoïste”

  1. Laure Gerbaud Says:

    Merci, super article et l’interview est un pur moment de plaisir.

  2. MCambon Says:

    Petite précision quant au éditions françaises de Steinberg. Les éditions du Chêne éditèrent L’ Inspecteur et Le Passeport (une édition abrégé). En outre il existe une édition de française par Delpire du Labyrinthe. Signalons encore Ombres et Reflets, un livre d’entretiens de Steinberg avec Aldo Buzzi paru chez Christian Bourgois.

  3. Saul Steinberg dans Égoïste | Belle... Says:

    […] Saul Steinberg né en 1914 en Roumanie et décédé en 1999. Il est sans doute l'artiste qui a donné ses lettres de noblesse au dessin d'humour . Dés le début des années 40 il publie ses premiers dess…  […]

  4. Vincent Mathy Says:

    Pour info une expo steinberg a lieu pour le moment à Cologne
    http://www.museenkoeln.de/museum-ludwig/default.asp?s=4284

  5. Laurent Says:

    Merci de publier ça. J’aime Steinberg, je ne m’attendais pas à trouver une chose pareille. Cet entretien est sidérant. Qui me parle dans ce rêve éveillé ? Non, ce n’est pas ce texte qui est incroyable, qui me laisse incrédule, mais toutes les autres interviews publiées partout et nulle part, tous ces mots répandus comme les jours sur l’écran, qui me parlent depuis un monde où je n’existe pas d’un monde qui n’existe pas.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s


%d blogueurs aiment cette page :