« Les aventures du roi Pausole » illustré par Georges Beuville

Les éditions Charette nous annoncent la parution imminente d’un ouvrage sur Beuville. Nous ne pouvons  que nous réjouir de cette initiative, tant une redécouverte de cet illustrateur s’impose. Il faisait l’admiration du grand Franquin, et fut une source d’inspiration inépuisable pour de nombreux dessinateurs, toutes générations confondues. Parmi ses admirateurs, nous ne serons pas étonnés de retrouver Cabu et Bretecher et une nouvelle génération lui voue un culte mérité. L’origine du travail de Christophe Blain, Catherine Meurisse, Voutch et quelques autres talentueux jeunes auteurs de bandes dessinées, est sans doute à chercher du côté d’auteurs comme Georges Beuville ou Gus Bofa qui partageaient d’ailleurs les mêmes initiales.

Editions Albin Michel 1949

Nous avons le plaisir de vous présenter la totalité des planches hors texte réalisées en 1949 pour le compte des éditons Albin Michel. Il n’était pas si courant en cette époque de publier des ouvrages, dont chacune des planches sont coloriés à la main (par le soin de l’atelier Pierre Crampe) et pour un tirage aussi important de 1500 exemplaires. Il y a une vingtaine d’années, les éditions du Dilettante (éditeur de Jacques Perret) rééditèrent « Les collectionneurs » un ouvrage publié à l’origine par un les Laboratoires Dausse et depuis pas grand chose de neuf. Saluons comme il se doit, le travail courageux de défrichage entrepris par de jeunes maisons tel que les Éditions Gargantua et maintenant les Éditions Charrette.

« Comment le Roi Pausole connut pour la première fois les vicissitudes de l’existence. »

« Où l’on présente le Roi Pausole, son harem, son grand-eunuque et le palais du gouvernement. »

« Où Pausole examine des révélations sur une lettre dont l’importance n’échappera point au lecteur. »

« Comment la blanche Aline vint danser un ballet et ce qui s’ensuivit. »

« Comment le miroir des nymphes devint celui des jeunes filles. »

« Où Pausole, ayant secoué la mélancolie de la règle, éprouve les déboires de la fantaisie. »

« Comment le Harem abandonné leva l’étendard de la révolte. »

« Où l’on découvre un crime horrible. »

« Comment les projets de Pausole et les rêves de Diane à la houppe s’accordaient exactement. »

« Comment Philis trouva un mari. »

« Comment Taxis apprit enfin la vérité sur toute l’affaire. »

« Epilogue. »

Nous venons de recevoir le premier tome de l’ouvrage autour de Beuville, publié par les Éditions Charrette. Ce livre très bien réalisé, compile en bichromie dans une élégante maquette les meilleures illustrations d’une dizaine d’ouvrages illustrés par Beuville (dont « Les aventures du Roi Pausole »). Dépéchez-vous, il ne devrait pas y en avoir pour tout le monde, l’ouvrage est déjà annoncé comme épuisé chez l’éditeur.

Un deuxième volume, coécrit par François San Millan et Jean-Michel Blanc, est annoncé pour la fin de l’année. A n’en pas douter, ce sera l’ouvrage de référence qui faisait défaut sur ce grand dessinateur.

Merci à Loïc Dauvilliers et Alain kokor (qui signe la préface). Cet ouvrage, au prix de 18 euros, se trouve chez tous les bons libraires qui auront passé commande chez le diffuseur Makassar.

Signalons l’ouverture d’un blog consacré à Georges Beuville: http://www.georgesbeuville.com/

9 Réponses to “« Les aventures du roi Pausole » illustré par Georges Beuville”

  1. Presse 2011 » Says:

    […] « Les aventures du roi Pausole » illustré par Georges Beuville […]

  2. Li-An Says:

    Le Paradis sur Terre existe donc bien et il se situe ici… Après Bofa, Beuville, c’est fête tout le temps !

  3. Jimmy Says:

    Mais… mais… mais… mais… BON SANG ! C’est ahurissant de beauté…

  4. vincent g Says:

    J’en pleure.

  5. flint Says:

    Ah ! Beuville quel illustrateur ! J’ai découvert son travail il y a 30 ans dans un livre
    que j’ai gardé précieusement « Paris et ses Provinces » que mon père avait eu pour son certificat d’étude dans les années 40 ! D’autres grands noms de l’illustration française y sont présent mais c’est sans hésitation, Beuville qui attirait toujours mon regard de jeune garçon épris de dessin et de bande dessinée.
    j’aime la grâce qui se dégage du moindre de ses traits à la plume, son sens de la composition qui a certainement influencé certaines de mes illustrations. Merci !
    Merci de mettre à l’honneur cet artiste.

  6. Bardamor Says:

    C’est frappant comme des tas d’auteurs de bédé contemporains paraissent imiter Beuville. Pas seulement Blain, mais aussi Blutch, Daniel Casanave. C’est moins net de la part de Franquin.
    Je suppose que Beuville est aussi peu célébré parce qu’il était plutôt réac, et que le milieu de la bédé est à gauche aujourd’hui (ce qui n’implique pas une plus grande tolérance, hélas) ?
    Pas terrible le premier bouquin paru à couverture grise ; j’espère que le deuxième sera mieux.
    Plus modestement je prépare un article pour un fanzine bédé à paraître en octobre prochain, et si quelqu’un a des tuyaux sur Beuville, ça m’intéresse.

  7. GABET Says:

    À QUAND LE PLAISIR DE REVISUALISER L’ALMANACH DU GAI SAVOIR ?

    EN TOUT CAS, BEUVILLE EST RETROUVÉ. MERCI

  8. Awalawala Says:

    c’est fou, il y a là, du Avril, du Thierry Martin Matje, du Blain,
    et tant d’autres…

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s


%d blogueurs aiment cette page :