Simplicissimus

« Simplicissimus » est une revue satirique allemande d’avant-garde, fondée à Munich en 1896 par l’éditeur Albert Langen et devenue une véritable institution nationale dans la première moitié du xxème siècle.

Sa virulence, son audace, l’âpreté de ses satires — articles aussi bien que caricatures — sont restées célèbres. Parmi ses collaborateurs figurent les écrivains Strindberg, Schnitzer, Rilke, Ludwig Thoma, Mann.

simplicissimus-1

« Das grosse Simplicissimus Album »

Le courant expressionniste pictural en particulier (Alfred Kubin, Käthe Kollwitz, Thomas Theodor Heine, Jules Pascin, Georges Grosz) y a trouvé une tribune de choix.

Ralliée au nazisme, qui a tôt fait de voir le parti qu’il peut tirer de l’utilisation d’un titre aussi prestigieux mais pourtant connue pour son ouverture aux sensibilités de gauche, cette revue hebdomadaire voit sa parution suspendue à la chute du nazisme, puis disparaît définitivement après une tentative de renouveau entre 1954 et 1967.

simplicissimus

Une sélection d’ouvrage sur l’histoire de Simplicissimus:
– « Das grosse Simplicissimus Album »
– « Facsimile Querschnitt durch den Simplicissimus », verlegt von Scherz
– « Das Beste aus dem Simplicissimus », Scherz Verlag, 1976
– « Simplicissimus », Fackelträger, Verlag – Schmidt – Küster Gmbh, Hannover, 1954
– « Simplicissimus, Bilder aus dem Simplicissimus, Fackelträger, Verlag – 1970
– « Le Simplicissimus et la République de Weimar, Goethe Institut Munich, 1984
– « Simplicissimus 1896-1914 », Rütten & Loening, Berlin, 1972

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s


%d blogueurs aiment cette page :