Archive for novembre 2009

Hélène Poirié

30 novembre 2009

C’est avec la signature d’Hélène Poirié qui se cache sous le ln Poirié que nous prolongeons notre série consacrée aux trop rares illustratrices de cette galerie virtuelle. Elle a réalisé plusieurs grandes affiches et illustrations pour les livres éducatifs des Editions Bourrelier. Ses dessins ont illustré de nombreux manuels de géographie, français, livres d’images ou dictionnaires.

Hélène Poirié en 1990 (Merci à Denise Lelong et Marc Poirié pour cette photographie)

Autrefois accrochées dans les salles de classe, les affiches éducatives illustrées par ln Poirié se retrouvent parfois dispersées sur les vides-grenier et reviennent à la mode. Ces images ont été tirées en lithographie et déclinées en cartes postales, c’est l’occasion pour nous de vous offrir une série quasiment complète de ces "Images de la Vie" à (re)découvrir ci-dessous.

Images de la Vie (1) – La ferme

Images de la Vie (2) – Carrefour d’une ville

Images de la Vie (3) – La gare

Images de la Vie (4) – Le port

Images de la Vie (5) – La forêt

Images de la Vie (6) – La salle commune

Images de la Vie (7) – Le jardin public

Images de la Vie (8) – La place du bourg

Images de la Vie (9) – Le marché

Images de la Vie (10) – La montagne sous la neige

Images de la Vie (11) – Les vendanges

Images de la Vie (12) – Le bord de la rivière

Images de la Vie (13) – Le jardin potager

Images de la Vie (14) – La route

Images de la Vie (15) – La plage

Images de la Vie (17) – La chambre des enfants

Images de la Vie (19) – Le village et la moisson

Images de la Vie (20) – Construction de la maison

Un travail délicat sur la couleur, des compositions subtiles, et un parfum de nostalgie imparable. Idéal pour décorer sans se tromper un appartement bobo, une chambre d’enfant ou un bureau des plus contemporains, pour quelques dizaines d’euros pour les chineurs avertis. Toutes les informations sur cette illustratrice très discrète sont les bienvenues.

Quelques livres illustrés par Hélène Poirié:
- Initiation à notre langue. Cours élémentaire, 1946
- Corbeille de mots. Méthode active de vocabulaire et langage, 1949
- Découvrons le monde", Editions Bourrellier, 1952
- A la poursuite des mots, vocabulaire et langage‎, Bourrelier, 1954
- Mon Larousse en images, Larousse, 1956
- Nouvelles images en gomette, de Hélène Poirié.
- Ma Première Encyclopédie, Larousse, 1961
- Mon Premier livre de chansons, 1970, Editions Larousse, illustré par Hélène Poirié

Merci à Mr Marc Poirié et à Mme Denise Lelong pour cette image et les infos qu’ils ont bien voulu nous communiquer.

Quelques images d’Hélène Poirié sur l’étonnant site "Mondorama 2000" qui propose une sélection d’illustrations épatantes et en couleurs tirées d’encyclopédies pour la jeunesse des trente glorieuses (1945-1975): http://mondorama2000.blogspot.com

Faites également un tour sur le site "Ribambins & Ribambelles", on y a parlé d’Hélène Poirié très récemment: http://ribambins.canalblog.com

Thomas Theodor Heine

26 novembre 2009

Thomas Theodor Heine (1867–1948), peintre et illustrateur allemand. Heine est originaire d’une famille d’industriels de Liepzig.

Il débute sa carrière comme caricaturiste talentueux très jeune, ce qui l’amène à étudier à la Kunstakademie Düsseldorf  et, brièvement, à l’Academy of Fine Arts de Munich. A Munich, il peint des paysages romantiques et dessine des blagues innocentes pour les "Fliegende Blätter" (feuilles volantes).

Nicola_Perscheid_-_Thomas_Theodor_Heine_1915

Portrait de Thomas Theodor Heine en 1915, par Nicola Perscheid

Dès 1895, il fait, pour les Editions Albert Langen nouvellement fondées, des maquettes de couvertures de livres en style art déco du genre Beardsley, en noir et blanc. Il fut le premier collaborateur d’Albert Langen au "Simplicissimus". C’est à lui que l’on doit le symbole de la revue – et qui le restera pendant 40 ans – à savoir le bouledogue rouge brisant sa chaîne de la page de garde.

langen-heine

Après la mort de Langen en 1909, il fit transformer la seconde ligne "Editeur: Albert Langen" (depuis 1906, jusque là on trouvait la mention "revue hebdomadaire illustrée") en "revue fondée par Albert Langen et Th. Th. Heine: en 1898, par exemple, par son dessin pour la couverture du numéro sur la Palestine, frappé d’interdit; en 1906 par la révolte interne des artistes qui fut à l’origine de la fondation d’une société anonyme  avec la partuicipation des collaborateurs; en 1914 par une tendance nationaliste rendant possible une continuation de la parution de la revue.

original

Illustrations de Thomas Theodor Heine pour "Simplicissimus"

Il travaille également comme illustrateur pour les livres dès 1890.

Juif, il est contraint de fuire l’Allemagne en 1933, d’abord pour Prague. De 1938 à 1942 il vit à Oslo. De 1942 jusqu’à sa mort en 1948 il vit à Stockholm. Il publie une autobiographie hautement cynique en 1942, Ich warte auf Wunder.

Cette biographie a été écrite avec l’aide du catalogue "Simplicissimus, Le Simplicissimus et la République de Weimar", exposition du Goethe Institut, Munich, 1984.

heine-simplicissimus-1896

Couverture de Thomas Theodor Heine pour "Simplicissimus", 1896

Pour voir les 2519 illustrations (couvertures, illustrations intérieures, vignettes, etc.), visitez l’incroyable site consacrée à "Simplicissimus" http://www.simplicissimus.info. Chaque numéro de la revue est numérisé et consultable aisément.

heine

Illustration "Arbeit" de Th. Th. Heine pour "Simplicissimus" (Numéro 44)

Pour en apprendre plus, lire le texte d’Ursula Koch: "Les caricaturistes munichois de la Belle Epoque face au progrès technique et à ses conséquences", et en particulier le paragraphe intitutilé: "Le progrès technique et ses connotations politiques: L’illustré satirique Simplicissimus" sur le site http://www.caricaturesetcaricature.com

bild0404_400h

Couverture avec le bouledogue, l’emblème de "Simplicissimus", dessiné par Th. Th. Heine

En voici un long extrait:
"L’emblème du Simplicissimus, qui tire son nom du premier grand roman de la littérature allemande moderne (Der Abentheuerliche Simplicissimus Teutsch, de Hans Jakob Christoph von Grimmelshausen, 1669), fut le diable, interdit par la police et remplacé aussitôt par le fameux bouledogue rouge qui brise sa chaîne. C’est une création du peintre-dessinateur Thomas Theodor Heine, un collaborateur du Simplicissimus dès sa toute première heure (le 4 avril 1896). En 1907, l’artiste s’inspirera des deux symboles en dessinant, pour un constructeur munichois d’automobiles de sport, une page publicitaire (bien rémunérée) qui servira également d’affiche.

Sous la monarchie de Guillaume II, le Simplicissimus, antimilitariste, ironique, mordant, agressif et fantastiquement drôle, sera en quelque sorte l’équivalent allemand de l’hebdomadaire Gil Blas illustré (1891-1903 ; dessinateur principal : Théophile Alexandre Steinlen), et du célèbre illustré satirique L’Assiette au beurre (1901-1912), illustré considéré de nos jours "comme un réquisitoire contre la société de la Belle Époque". De 1907 à 1908, l’éditeur Albert Langen ajoutera aux exemplaires du Simplicissimus acheminés vers la France (environ 650) un petit fascicule rouge vif, contenant les traductions des légendes ironiques, voire acérées, relatives aux dessins. À la suite d’une controverse qui s’est déroulée entre certains organes de presse allemands et parisiens, "l’édition française" du Simplicissimus cessera de paraître." Ursula Koch

Manon Iessel

23 novembre 2009

Manon (Marie-Antoinette) Iessel (1909 – 1985) illustratrice française.

Manon Iessel a illustré de nombreux romans pour la jeunesse signés par la comtesse de Ségur (Les Petites Filles modèles, Les Vacances), Mad. H. Giraud (la série des Sir Jerry Détective), Berthe Bernage, Marguerite Divin (Contes et légendes de l’Égypte ancienne, 1933) ou Henri Suquet (La Maison sous les eaux, 1954).

Portrait de Manon Iessel (c.1950) Copyright Isabelle Vautier

Elle est aussi connue pour sa collaboration presque exclusive avec T. Trilby, de 1935 à 1961 (Lulu le petit roi des forains, 1935, Dadou gosse de Paris, 1936, Moineau la petite libraire, 1936, Madame Carabosse, 1943, En avant, 1948, La princesse Mimosa, 1949).

"Moineau la petite libraire", 1936, illustré par Manon Iessel

On la retrouve également illustrant dans la « Collection Dauphine » (Éditions Rouge et Or) un roman de Jacqueline Dumesnil, Marquise en sabots.

Elle a également collaboré souvent avec Geneviève Néranval (Dans la tourmente, 1946, Le joyeux clan des R.T., 1947, Monsieur mystère, 1949, etc.) et Leo Dartey (Le maître de l’île, 1947, Le temple d’or, 1949, Le secret de la Lézardière, 1957).

Elle a illustré deux livres sur Les contes de Perrault édités chez Marcus ainsi que La légende de Saint Nicolas chez Desclée de Brouwer. Son dernier livre est Les chants de Noël édité par Ouest France en 1979, où l’on retrouve des portraits de ses petits-neveux et petites-nièces.

Elle dessinait des historiettes illustrées (dessin et légende sous le dessin); les nouvelles de « Suzette en vacances », des bandes dessinées pour La Semaine de Suzette et Bernadette.

Elle était aussi dessinatrice de mode pour enfants, et dessina avec Maggie Salcedo les vêtements de la « Poupée Bleuette », pour La Semaine de Suzette. Elle travailla également dans la collection «Belles histoires belles vies» des Editions Fleurus.

Planche du catalogue printemps-été 1938, de "Bleuette" chez Gautier-Languereau
Illustration collectée sur l’excellent site: http://ribambins.canalblog.com

"Cendrillon" par Manon Iessel
Illustration collectée sur l’album flickr de "Ribambelles et Ribambins":http://www.flickr.com

On pourrait rapprocher le travail de Manon Iessel sur les petites filles modèles de l’imagerie de Pierre Joubert autour de l’univers du scoutisme, dans un autre genre cette imagerie a pu inspirer Henry Darger qui a nourrit son œuvre des découpages de publicités. Ce thème qui a aussi beaucoup inspiré Germaine Bouret dont l’œuvre est dédiée exclusivement à l’univers tendre et naïf des enfants.

Sur le site www.bibliothequedesuzette.com, vous pourrez lire une biographie écrite par sa nièce Isabelle Vautier.

N’hésitez pas à faire une visite sur le site : http://ribambins.canalblog.com et sur l’album flickr de "Ribambelles et Ribambins" : http://www.flickr.com pour découvrir d’autres images!

"Coco de France", illustrations de Manon Iessel

 

Jean IZARN et la Librairie Chrétien vous invitent au vernissage de l’exposition "Mon Enfance Illustrée" à la Librairie Chrétien, 178 Faubourg Saint Honoré, 75008 Paris, le mercredi 25 novembre 2009, de 18h à 22h. Exposition du 26 au 31 décembre 2009 , avec des livres et des dessins de JORDIC, Adrienne SEGUR, Firmin BOUISSET, Maurice et Bernard BOUTET de Monvel, Marianne CLOUZOT, Edmund DULAC, Arthur RACKHAM, Elisabeth IVANOVSKY, Manon IESSEL, Jean-Adrien MERCIER, Jacques NAM, POULBOT, Pierre PROBST, Benjamin RABIER, RAY-LAMBERT, Jean-Charles ROUSSEAU, Maggie SALCEDO… et bien d’autres ! Courez-y!

Eduardo Benito Garcia

9 novembre 2009

Eduardo Garcia Benito (dit Benito), illustrateur espagnol, né en 1891 à Valladolid. Après des études aux Beaux-Arts de San-Fernando de Madrid, il obtient une bourse d’études de sa ville natale qui lui permet de venir à Paris en 1910.

En 1913, il travaille pour Tolmer, puis, en 1916, pour Draeger. Ces deux imprimeurs représentent alors l’excellence française de l’édition publicitaire entre 1910 et 1950.

eduardogarciabenito

Portrait d’Eduardo Benito Garcia

Benito expose au salon d’automne de 1919 et au salon des Tuileries en 1923. Il collabore à "Fantasio", "La Gazette du bon ton", "Le Goût du jour", "La Guirlande", "Les Feuillets d’Art", "Femina"et "Vanity Fair".

A la demande de Condé Nast, directeur de "Vogue", il va en illustrer de nombreuses couvertures, devenant une figure de proue de cette revue dans les années 30.

benito

Couverture de "Vanity Fair"

En France, il fait de nombreux portraits dont celui de Mr et Mme Paul Poiret. Il illustre plusieurs livres: - 1918, Album sur Reims - 1919, "Le Testament" de Paul Bourget - "Vingt-quatre sonnets" de Gongora - "La grande guerre", 1914-1918 - "Dans le ciel de la patrie" Jean Cocteau.

Il réalise de nombreux catalogues publicitaires dont l’album "La Dernière lettre persane" pour "Les fourrures Max", considéré comme un chef d’œuvre de l’édition publicitaire, mais aussi pour "Cusenier", "Les Galeries Lafayette", "High-Life Tailor", "Le Printemps", "La Samaritaine".

Eduaedo-Garcia-Benito-1

Couverture de "Vogue"

Il part vers 1921 pour les États-Unis, où il reste jusqu’en 1958. Aux États-Unis, il réalise des couvertures pour "Vogue" et "Vanity Fair". En tant que décorateur d’intérieur, il réalise la décoration de la demeure de l’actrice célèbre Gloria Swanson.

Il retourne à Valladolid et, dans les dernières années de sa vie, va peindre des portraits. Il meurt à Valladolid en 1981.

Eduardo Benito vogue

Couverture de "Vogue"

Maggie Salcedo

1 novembre 2009

Nous entamons une petite série sur les très rares illustratrices actives des années 20 aux années 50, avec Maggie Salcedo (Salzedo – née Marguerite Seligmann-Lui) (1890-1959), illustratrice des années arts-déco.

Née à Paris, elle étudie les arts graphiques à l’Académie de dessin de la Grande Chaumière, à Paris. Ses premiers dessins apparaissent en 1907 ("Les Malices de Pomme et Poire", texte de Christophe, Bibliothèque d’Editions pour les Enfants).

maggie-salcedo-1

"La Maison du Biquet", Editions Albin Michel

Elle signe "Maggie" jusqu’à son mariage avec l’artiste céramiste bayonnais André Salzedo en 1915, puis prend le nom de "Maggie Salcedo".

Maggie Salcedo est l’auteur de nombreux textes pour enfants "Bouts de réglisse n’a pas de malice, Gedalge, 1926. Elle est également l’une des créatrice des toilettes de la Poupée Bleuette et des couvertures de la collection "Aurore". Elle participe à "La Gazette du Bon Ton", "L’illustration des modes", "Le Jardin des Modes Nouvelles", "Vogue". Elle réalise quelques publicités pharmaceutiques dans les années 20-30, peint des affiches pour la Croix-Rouge et dessine des catalogues pour les Grands Magasins.

maggie-salcedo-3

"Escapade", Henri Daridon, Editions Albin Michel

Dans les années 30, elle ouvre une école de dessin pour enfants, et expose au Salon des Humoristes. A l’armistice, elle rejoint Bayonne et s’installe dans la maison de son mari, pensant y exercer plus facilement son art que dans le Paris occupé. Elle repart à Paris dès la fin du conflit.

Son œuvre de peintre est moins connue et est liée pour l’essentiel à sa collaboration avec les architectes Louis et Benjamin Gomez qui lui confient la décoration de belles demeures.

maggie-salcedo

"La Maison du Biquet", "Le Biquet part en voyage", Chapitre 9, Editions Albin Michel

maggie-salcedo-0

"Escapade", Chapitre 2, Editions Albin Michel

maggie-salcedo-2

"Escapade", Chapitre 6, Editions Albin Michel
Livres illustrés par Maggie Salcedo :

- "Cousette" de Lily Jean Javal, Editeur Gedalge, 1924
-  "Contes d’Andersen", traduits du Danois par Cécile Lund et M. Jules Bernard, Geldage, Paris, 1927
- "La Petite Fadette", "La Mare au Diable" George Sand, Librairie Gedalge à Paris, 383 pages, 1934
- "Mico et ses amis", Geldage, 1935
- "Pouf-Pouf au Pays des Surprises", Illustrations de Maggie Salcedo, Gédalge, 1936
- "La Mission Du Biquet", Maggie Salcedo, Albin Michel – 1948
- "Sylvaine et son papa", Maggie Salcedo, Albin Michel – 1948
- "Mipe, Ses Amis Et Ses Betes", illustrations en noir et blanc de Françoise Estachy. Couverture en couleurs par Maggie Salcedo

Presages-bonheur-Enfants-Cortege

Pochoir pour "La Gazette du Bon Ton"
"Le Fer à cheval, Présages de Bonheur, Les Enfants du Cortège" par Maggie Salcedo

Bibliographie:

- En août 2000, l’association Mémoire d’Images organise une exposition sur le travail de Maggie Salcedo. Cette manifestation est née d’une fructueuse rencontre triangulaire entre Françoise Lévêque, responsable du fond ancien de la bibliothèque de l’Heure Joyeuse à Paris, Sylvia Dorance, petite fille de Maggie Salcedo et Jean Glénisson, archiviste et grand collectionneur de livres sur l’enfance. Une brochure fut éditée à cette occasion.

- Un catalogue a été publié en 2001 à l’occasion de l’exposition "Maggie Salcedo, Illustratrice Art Déco", organisée à la Bibliothèque Forney, à Paris du 19 juin au 25 août 2001.

- Brochure édité à l’occasion de l’exposition collective: "Femmes peintre et femmes peintes en Pays Basque", Ciboure, 2009


Suivre

Recevez les nouvelles publications par mail.

Joignez-vous à 226 followers