Archive for juillet 2009

René Gruau

28 juillet 2009

René Gruau, dessinateur de mode, illustrateur et affichiste; né à Rimini, Italie, en 1909, de père aristocrate italien (le comte Zavagli-Ricciardelle delle Caminate) et de mère française (Marie Gruau).

Adolescent, à la suite de la séparation de ses parents et des revers de fortune, il est contraint à renoncer à son projet de devenir architecte pour gagner sa vie. Très bon dessinateur, il publie ses premiers dessins en Italie à l’âge de 15 ans. Sa rencontre avec la rédactrice du magazine milanais « Lidel » est décisif et l’oriente vers l’illustration de mode. Il obtient plusieurs commandes pour ce magazine.

gruau-rene

René Gruau à la Galerie Bartsch et Chariau, 1986
(provenance: « Gruau », Editions Herscher, 1989)

Vers 1930, il s’installe à Paris avec sa mère, où il commence à être connu et travaille pour des revues telles que « Marianne », « L’album du Figaro », « Femina », « Marie-Claire », et « L’Officiel de la Couture ». Les magazines américains et anglais lui commandent des dessins.

Entre 1940 et 1945, Gruau se réfugie à Lyon où est également repliée la rédaction de « Marie-Claire » pour laquelle il continue de travailler. Il s’installe ensuite à Cannes où se sont rouvertes des maisons de coutures tels que « Chanel », « Lanvin », « Hermès » et « Worth ».

gruau

En 1946, il réalise ses premiers dessins pour la revue « International Textiles » à laquelle il collaborera de nombreuses années.

Gruau

En 1947, il réalise la première publicité pour le parfum «Miss Dior», début d’une collaboration de quarante années avec les Parfums Christian Dior. A partir de cette date, il fait des séjours réguliers aux Etats-Unis et collabore au « Vogue » américain, à « Harper’s Bazaar » et à « Flair ».

Entre 1949 et 1950, il réalise des affiches pour « Rouge Baiser » et les « Bas Scandale ».

A partir de 1955, la photographie supplante le dessin dans la plupart des magazines de mode et Gruau travaille désormais surtout pour la publicité, plus precisement dans le domaine de la « publicité de mode » (parfums, cosmétiques, lingerie, accessoires de mode, prêt-à-porter, tissus). Il dessine aussi pour des compagnies de transports comme « Air France » ou des produits alimentaires comme le chocolat « Lindt ».

En 1956, il réalise sa première affiche pour le « Lido » pour lequel il dessinera jusqu’en 1985.

En 1961, il dessine les costumes et les décors d’un opéra-bouffe « La Belle de Paris » monté à l’Opéra-Comique.

Entre 1961 et 1970, il se consacre essentiellement au dessin publicitaire et produit tout particulièrement des affiches pour le « Lido », « Le Moulin Rouge », les « Ballets de Roland Petit », mais aussi pour les « Imperméables Blizzand », « Eminence », « Pancaldi », « Bemberg ».

Gruau continue à créer des dessins publicitaires mais revient de temps en temps au dessin de mode: il travaille pour « Elle », « Madame Figaro », « L’Officiel de la Couture », « Vogue ». Il décède en 2004.

Gruau-01

Cette biographie a été écrite avec l’aide des ouvrages suivants:
– « René Gruau pour Christian Dior, Dessins publicitaires », catalogue d’exposition – Musée des Beaux-Arts d’Orléans, 19 octobre – 31 décembre 1990.
– « Gruau, Mode et Publicité », Exposition au Musée de la Mode et du Costume, Palais Galliera, 14 juin – 24 septembre 1989.
– « René Gruau », Ed. Herscher, 1986.

Pour plus d’informations, faites une visite sur le site officiel de René Gruau: http://www.renegruau.com/

Lucien Boucher

18 juillet 2009

Lucien Boucher (1889-1971) dessinateur, graveur, affichiste et illustrateur français. Né à Chartres, il étudie à l’Ecole de Céramique de Sèvres, et fait ses débuts comme caricaturiste en dessinant pour la revue « Le Rire ». Il participe également à plusieurs numéros de « Fantasio ».

En 1921, il prend part au salon d’Automne (dont il devient membre en 1923), puis entre 1924 et 1930 il expose au Salon de l’Araignée. Après la première guerre mondiale  il travaille avec l’éditeur Marcel Seheur (« La Batrachomyomachie » (Paris, 1920) et « Boutiques » et « Boutiques de la foire » de Pierre Mac Orlan (1926);  puis avec les Éditions du Trianon (« Poésies de François Villon » (Paris, 1930), ainsi qu’avec A. & G. Mornay (« Axelle », de P. Benoît, en 1932).

Dessin de Lucien Boucher

Dessin de Lucien Boucher

Collection privée

Parallèlement, entre 1920 et 1930, il poursuit une carrière d’affichiste pour le cinéma (« Le Colysée », Jean de Merly), pour la mode (« Agnès », « Gastinay, » « Au Printemps) », et pour la banque (« Crédit lyonnais »). Lucien Boucher est surtout connu pour sa longue collaboration avec « Air France » pour lequel il réalise des affiches publicitaires ainsi que des planisphères en couleurs pour la décorer les bureaux de vente de la société.

"Boutiques"

« Boutiques », textes de Pierre Mac Orlan, lithographies en couleurs et dessins de Lucien Boucher, Paris, 1925, Edition Marcel Seheur

"Boutiques" illustré par Lucien Boucher

« Vins Liqueurs » dans « Boutiques » illustré par Lucien Boucher

"Boutiques" illustré par Lucien Boucher

« Boucherie » dans « Boutiques » illustré par Lucien Boucher

"Boutiques" illustré par Lucien Boucher

« Triperie » dans « Boutiques » illustré par Lucien Boucher

"Boutiques" illustré par Lucien Boucher

« Boulangerie » dans « Boutiques » illustré par Lucien Boucher

Quelques livres illustrés par Lucien Boucher:

-« La Batrachomyomachie », Anonyme, Mario Meunier (trad.), Paris, Chez Marcel Seheur, 1920.
– « Point de lendemain », Vivant Denon, Paris, Chez Marcel Seheur, 1920.
– « Boutiques » et « Boutiques de la Foire », Pierre Mac Orlan, lithographies de Lucien Boucher, Paris, 1925 et 1926, Ed. Marcel Seheur.
– « La meute », Chateaubriant, Paris, Éditions du Sablier, 1927.
– Henry de Montherlant. « La Mort de Peregrinos ». Paris, Émile Hazan, 1927.
- « Les Oiseaux », Aristophane, Mario Meunier (trad.), Paris, Chez Marcel Seheur, 1928.
– « Les Léonides », Romain Rolland, Paris, Éditions du Sablier, 1928.
– « Les Contes de Perrault », Charles Perrault, Paris, Émile Hazan, 1928.
– « Les estranges amours de la reine Myrrha », Maximilien de Béthune, Duc de Sully, Paris, Éditions du Trianon, 1930.
– « Poésies de François Villon », François Villon, Paris, Éditions du Trianon, « grande collection Trianon » n°1, 1930.
– « Axelle », Pierre Benoît, Paris, A. & G. Mornay / coll. « Les beaux livres », 1932.
– « La croix, l’ancre et la grenade. Cinq contes »,Pierre Mac Orlan, Paris, A. Devambez, 1932.
– « La muse au cabaret », Raoul Ponchon, Paris, Rieder, Marcel Lubineau (dir.), 1938.
– « Le Capitaine Fracasse », Théophile Gautier, Paris, Librairie Gründ / collection Mazarine, 1944.

boucher

Blocs de bois originaux ayant servis à l’illustration du Roman de Renart, Edition in-8 de L’Artisan du Livre, 1948.
Ensemble de 14 blocs : 3 grands (160 x 107 mm), dont 2 étant la décomposition en noir et en jaune du même bois, 3 vignettes (78 x 54 mm), 7 lettrines (33 x 33 mm) et un bandeau (20 x 107 mm), de Lucien Boucher.

Cet artiste sera mis en avant dans un ouvrage exceptionnel consacré artistes de l’Araignée et aux «aventuriers du livre».

Ce livre signé par Emmanuel Pollaud Dulian sous la direction artistique de Géraldine Méo paraîtra en octobre 2013.

Une souscription pour un tirage de tête sera proposée aux fidèles de « Ma galerie à Paris » Le blog des Editions et de la galerie Michel Lagarde

Plus d’information sur ce projet en cours de finalisation ici http://www.illustrissimo.com/blog/entretien-avec-emmanuel-pollaud-dulian/

Edmond Dulac

6 juillet 2009

Edmond Dulac, illustrateur (1882 – 1953). Né en France, il étudie le droit avant de s’inscrire à l’Ecole des Beaux-Arts de Toulouse. Il poursuit ses études à l’Académie Julian à Paris puis en 1905, émigre en Angleterre et prend la nationalité britannique en 1912.

Potrait d'Edmond Dulac

Potrait d'Edmond Dulac

Pendant cette période, repéré par les Leicester Galeries à Londres, il y expose chaque année (notamment ses dessins pour « Les Mille et une nuits »). Il signe également un contrat d’édition avec Hodder & Stroughton (« Les Mille et une nuits », « Contes de Tanglewood de Nathanaël Hawthorne », « La Ballade d’Omar Khayyan », « La Tempête » de Shakespeare », « La Belle au bois dormant et autres contes », « La Princesse et le petit pois », « Contes d’Andersen »).

IMG_3244

"Dulac", par David Larkin et Bryan Sanders - Chêne, 1975

Il acquiert notoriété et respectabilité et devient l’un des illustrateurs majeurs de l’âge d’or de l’illustration au Royaume-Uni, parmi ses contemporains Arthur Rackam, Howard Pyle, W. Heath Robinson et Kay Nielsen.

Pendant la Grande Guerre, Dulac participe bénévolement à l’effort de guerre avec ses illustrations. Il commence également à participer à des ballets et mises en scènes de théâtre pour lesquels il réalise décors et costumes.

Suite à la guerre, le livre de luxe illustré est en crise et Dulac est amené à travailler comme caricaturiste pour « The Outlook » de 1919 à 1920. Il réalise une série de couvertures thématiques pour le magazine américain « The American Weekly » entre 1924 et 1950, et s’occupe de mobilier, cartes à jouer, boîtes de chocolat ou de biscuit, revues, médailles de prix, billets de banques et timbres.

Edmond Dulac
Collection privée

En 1937, le roi George VI et le Post Office choisissent une effigie du roi dessinée et sculptée en bas-relief par Dulac pour les timbres d’usage courant britannique.

Fin 1940, Dulac rencontre le général de Gaulle à Londres. Il réalise les timbres des colonies ralliées à la France libre, puis conçoit un timbre destiné à servir quand la France serait libérée (Marianne de Dulac, dite aussi « de Londres »).

En 1946, il signe un contrat avec « Le Limited Edition Club » pour illustrer plusieurs ouvrages de luxe. Il réalise pour eux ses dernières illustrations dont celles pour « The Golden Cockerel » d’Alexandre Pouchkine. Il décède en 1953 avant la parution des « Comus » de John Milton.


Suivre

Recevez les nouvelles publications par mail.

Rejoignez 242 autres abonnés